Documentation

Définition OMS (2002)

Les soins palliatifs améliorent la qualité de vie des patients et des familles confrontés à une maladie engageant le pronostic vital, en soulageant les douleurs et les symptômes, en apportant un soutien spirituel et psychologique depuis le moment où le diagnostic est posé jusqu’à la fin de la vie et au cours de la période de deuil.

Les soins palliatifs:

  • soulagent la douleur et les autres symptômes pénibles;
  • soutiennent la vie et considèrent la mort comme un processus normal;
  • ne visent ni à hâter ni à différer la mort;
  • intègrent les aspects psychologiques et spirituels des soins au patient;
  • offrent un système d’assistance pour aider les patients à vivre aussi activement que possible jusqu’à leur décès;
  • offrent un système d’accompagnement pour aider la famille à faire face pendant la maladie du patient et au cours de la période de deuil;
  • ont recours à un travail d’équipe pour répondre aux besoins des patients et de leur famille, y compris en matière de conseil lié au deuil, si c’est indiqué;
  • vont améliorer la qualité de vie et peuvent également influer positivement sur le cours de la maladie;
  • sont mis en œuvre précocement au cours de la maladie, en conjonction avec d’autres thérapies visant à prolonger la vie, telles une chimiothérapie ou une radiothérapie, et comprennent les analyses nécessaires pour mieux comprendre et prendre en charge les complications cliniques pénibles.

Définition Stratégie nationale de soins palliatifs (2010)

Les soins palliatifs englobent le soutien et les traitements médicaux apportés aux personnes souffrant de maladies incurables, potentiellement mortelles et/ou chroniques évolutives. Bien qu’ils soient introduits à un stade précoce, ils interviennent principalement au moment où le diagnostic vital est ou paraît engagé et où les soins curatifs ne constituent plus un objectif primaire.

Ils offrent aux patients, compte tenu de leur situation, la meilleure qualité de vie possible jusqu’à leur décès, tout en apportant un soutien approprié à leurs proches. Les soins palliatifs visent à éviter la souffrance et les complications.

Ils comprennent les traitements médicaux, les soins, ainsi que le soutien psychologique, social et spirituel. Les soins palliatifs doivent tenir compte du patient dans sa globalité. Il s’agit d’anticiper et d’atténuer le mieux possible ses symptômes et ses souffrances. Une qualité adéquate des prestations requiert des compétences professionnelles de la part du personnel spécialisé dans ce domaine.

Dans la mesure du possible, les soins palliatifs sont prodigués dans le lieu souhaité par la personne malade ou en fin de vie. La mise en réseau des structures permet d’assurer la continuité du traitement et du soutien. Par ailleurs, il faut introduire les soins palliatifs de manière anticipée et précoce, c.-à-d., en complément des mesures curatives et réhabilitatoires.

Ceci dit, ils interviennent principalement au moment où le diagnostic vital est ou paraît engagé et où les soins curatifs ne constituent plus un objectif primaire

Le Palliative Flash s’adresse à tous les professionnels de la santé et du social. Editée 6 fois par an, il a pour objectif de donner des informations et des conseils pour la pratique quotidienne. Les articles sont rédigés par des auteurs de suisse romande, actifs dans la clinique.

Le Palliative Flash est édité par le Centre de diffusion en soins palliatifs et financé par le Programme cantonal de développement des soins palliatifs.

n° 59 – 04.2018 La sclérose latérale amyotrophique partie 2 : l’atteinte respiratoire
n° 58 – 12.2017 Les soins palliatifs généraux (4) s’orienter en soins palliatifs… accompagner jusqu’au bout de la vie
n° 57 – 11.2017 Les soins palliatifs généraux (3) les besoins et les ressources du patient et des proches
n° 56 – 10.2017 Les soins palliatifs généraux (2) des soins palliatifs dans la vie et pas uniquement dans la fin de vie
n° 55 – 09.2017 Les soins palliatifs généraux (1) les représentations en sons palliatifs
n° 54 – 03.2017 Le changement de l’objectif thérapeutique en fin de vie
n° 53 – 08.2016 La sclérose latérale amyotrophique Partie 1 : généralités
n° 52 – 05.2016 Les troubles de la déglutition en situation palliative
n° 51 – 01.2016 La gratitude dans le contexte des soins palliatifs
n° 50 – 08.2015 Le deuil des soignants
n° 49 – 05.2015 Quand la fin de vie est toute proche
n° 48 – 01.2015 « Euthanasie », Ca veut dire quoi ?
n° 47 – 07.2014 Hypnose et soins palliatifs
n° 46 – 05.2014 Evaluation des symptômes chez un patient atteint de démence
n° 45 – 01.2014 Comment les soignants préparent-ils les corps des défunts ?
n° 44 – 10.2013 Les plaies malodorantes
n° 43 – 07.2013 Etat confusionnel aigu ou délirium (2) traiement médicamenteux et non médicamenteux
n° 42 – 05.2013 Pallia 10 CH
n° 41 – 02.2013 La représentation dans le domaine médical
n° 40 – 12.2012 Les soins spirituels
n° 39 – 11.2012 Etat confusionnel aigu ou délirium – évaluation et diagnostic
n° 38 – 08.2012 Sens de la vie et souffrance existentielle
n° 37 – 06.2012 Le soutien aux proches aidants
n° 36 – 04.2012 Soins palliatifs au quotidien – Processus de prise de décision
n° 35 – 02.2012 L’alimentation en soins palliatifs: un art pour le plaisir de manger, le point de vue du cuisinier
n° 34 – 12.2011 Les directives anticipées
n° 33 – 10.2011 Mesures de contention – Aspects légaux et pratique clinique
n° 32 – 09.2011 L’espérance
n° 31 – 02.2011 Le pharmacien et les soins palliatifs
n° 30 -10.2010 Formations en soins palliatifs
n° 29 – 09.2010 La sédation palliative: notions de base
n° 28 – 7/8.2010 Physiothérapie en soins palliatifs
n° 27 – 06.2010 L’ambivalence du patient : une ressource ?
n° 26 – 04.2010 La souffrance liée à la perte d’un enfant n’a pas d’âge !
n° 25 – 03.2010 L’obstruction intestinale maligne
n° 24 – 02.2010 Prestations de la Ligue Vaudoise contre le Cancer (LVC)
n° 23 – 12.2009 Anticipation et retour à domicile
n° 22 – 11.2009 La souffrance des soignants
n° 21 – 09.2009 Douleur neuropathique
n° 20 – 07/08.09 Le programme cantonal vaudois de développement des soins palliatifs
n° 19 – 06.2009 Evaluation de la douleur chez la personne âgée
n° 18 – 05.2009 « Ménage médicamenteux » chez le malade en fin de vie
n° 17 – 04.2009 Bénévolat et soins palliatifs
n° 16 – 02.2009 L’enfant face à la mort d’un proche
n° 15 – 01.2009 Détresse spirituelle
n° 14 – 11.2008 Soins de bouche
n° 13 – 10.2008 Prise en charge des plaies ulcérées douloureuses
n° 12 – 09.2008 La constipation: évaluation et traitement
n° 11 – 07.2008 Rôle des opioïdes dans le soulagement de la dyspnée
n° 10 – 06.2008 Les opioïdes: préoccupations des patients, des proches et des soignants
n° 9 – 05.2008 Soigner avec les familles
n° 8 – 04.2008 La douleur rédemptrice
n° 7 – 03.2008 Travailler en interdisciplinarité au quotidien
n° 6 – 01.2008 Utilisation des réserves d’opioïdes
n° 5 – 12.2007 L’hydratation artificielle
n° 4 – 11.2007 Les formes de déni en soins palliatifs
n° 3 – 10.2007 Les râles agoniques
n° 2 – 09.2007 Les opioïdes transdermiques patch
n° 1 – 08.2007 Les opioïdes retard

Dix compétences interdisciplinaires selon l’Association européenne pour les soins palliatifs

L’Association européenne pour les soins palliatifs a répertorié les dix compétences interdisciplinaires de base en soins palliatifs :

  • Appliquer les compétences de base en soins palliatifs là où les patients et familles se situent
  • Améliorer le confort physique à travers les parcours de maladie des patients
  • Répondre aux besoins psychologiques des patients
  • Répondre aux besoins sociaux des patients
  • Répondre aux besoins spirituels des patients
  • Répondre aux besoins des familles et des soignants en lien avec les objectifs de soins des patients à court, moyen et long terme.
  • Répondre aux défis des prises de décision cliniques et éthiques en soins palliatifs
  • Pratiquer de manière compréhensive la coordination des soins et un travail d’équipe interdisciplinaire à travers tous les milieux dans lesquels les soins palliatifs sont proposés
  • Développer des compétences interpersonnelles et de communication appropriées aux soins palliatifs
  • Pratiquer la conscience de soi et poursuivre la formation professionnelle continue

Pallia 10 CH: Quand faire appel à une structure spécialisée en soins palliatifs?

Qui peut utiliser Pallia 10 CH?
Tout professionnel de la santé ou du social

Dans quel but?
Pallia 10 est un outil conçu pour vous aider à mieux repérer le moment où le recours à une structure spécialisée en soins palliatifs devient nécessaire (équipe mobile ou unité hospitalière).

Comment?
Cochez les cases qui correspondent à la situation. A partir de 5 réponses cochées, le recours à une structure spécialisée en soins palliatifs doit être envisagée. Un nombre inférieur n’exclut pas ce recours.

Guide Photographie du comportement habituel de la personne adulte en situation de handicap

Un outil pour évaluer la douleur, une source d’informations pour les professionnels

Le but de la photographie est d’avoir une référence «en situation calme» du comportement de la personne en situation de handicap, de son langage corporel, de ses positions adoptées habituellement, etc. Cette référence permettra d’observer le plus rapidement possible les changements de comportement pouvant évoquer une éventuelle douleur.

Lorsque la photographie a été réalisée et que trois réponses données ne correspondent plus à l’état actuel de la personne en situation de handicap, il y a suspicion de douleur. Pour le confirmer ou l’infirmer, une échelle d’évaluation de la douleur est à mettre en place le plus rapidement possible. Ce document est donc un préalable utile à la mise en place d’échelles d’évaluation de la douleur. Un certain nombre d’items sont issus des grilles d’évaluation de la douleur Doloplus, EDAAP.

La photographie est aussi une source d’informations pour les professionnels qui ne connaissent pas la personne en situation de handicap (hospitalisation, nouveaux collaborateurs, transfert dans une autre institution) ou lorsque la personne n’arrive plus à communiquer verbalement (problèmes physiques, angoisse du milieu inconnu, etc.).

L’item «Z» permet de connaître les informations pour une prise en charge en urgence. Ce document n’a de sens que s’il est relu mensuellement par le référent et revu ou modifié au minimum une fois par année.

Par respect de la personne, toutes données contenues dans la photographie doivent être traitées confidentiellement.

Livre pour aborder le sujet de la mort et du deuil

Livre 1
Commander le livre

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.